Publications


R.K. - Introspection - Rétrospection, The Book Edition, Lille, 2016, 21x21cm, 119 p., 20,00 €

Cet ouvrage est une rétrospective de plus de 70 ans en photographie créative. Roger Kockaerts, artiste bruxellois est connu aux Etats-Unis sous le pseudonyme Coqart. Formé au Photo- Club de Boitsfort, jadis lieu mythique de la photographie créative, il poursuit son parcours photographique en utilisant des procédés historiques nrares et divers pour des projets personnels. Suite à de nombreux stages aux Etats-Unis il a, durant plus de douze ans, formé un embryo de conservateurs - restaurateurs photographiques à l'Académie des Beaux-Arts d'Anvers. Il a publié de nombreux ouvrages sur les techniques de conservation - restauration des émulsions analogiques photographiques.

 

 

R.K. - Soldats Inconnus, Editions pH7, Bruxelles, 2013, 67 p.,19 x 15cm, 19,00 €
"l'homme que personne ne connaissait, mais qui était connu de tout le monde"

Pendant la journée du 11 novembre, jour anniversaire de l'armistice de 1918, les survivants de la Grande Guerre ont, tous les ans, ravivé le souvenir des combattants lors de commémorations sur les différentes tombes du Soldat Inconnu. Depuis plusieurs années, plus aucun survivant ne peut témoigner. Notre projet tente, par l'image photographique, de projeter dans notre cerveau une image imaginaire idéalisée de victimes inconnues ayant réellement existées dans l'espace-temps correspondant à celui de la Grand Guerre. Récemment, le mythe du soldat inconnu disparaissait avec la découverte relativement récente des analyses ADN dont les armées modernes sont désormais équipées ce qui rend obsolète l'existence future de soldats restant inconnus.
Le projet "Soldats inconnus" est réalisé à partir d'une collection de portraits originaux d'époque de soldats anonymes, exécutés avec le procédé photographique " Carte de Visite ", qui ont été manuellement transformés. Le procédé CdV a été choisi afin d'obtenir une uniformité de format dans les différentes pièces du projet et, primordialement, parce que ce procédé historique a existé entre 1854 et 1914. Les portraits ayant été accomplis vers le début du 20ème siècle se situent dans la tranche d'âge des soldats ayant participé à la guerre sanglante de 14-18. Dans les CdV un portrait était présenté sur un carton de dimensions standardisées. Ces cartes ne mentionnent quasi jamais le nom de la personne photographiée, par contre les coordonnées du photographe y étaient représentées avec plus ou moins de superlatifs. L'anonymat exprimé dans chacun des portraits du projet nous permet d'associer les personnages photographiés à des portraits de soldats d'origine inconnue. Afin d'enrayer la dernière trace d'une éventuelle reconnaissance d'identité, le visage, signe distinctif par excellence, a été manuellement gratté au scalpel, dans chacun des portraits.
Les photographies de soldats sans visage peuvent servir comme témoins d'un souvenir émouvant de la Première Guerre mondiale qui n'a épargné ni le grade ni l'âge de ses victimes. Le projet conceptuel photographique autour des Soldats Inconnus est, par ces faits, historiquement correcte et
probablement, ont effectivement vécu (et ... qui sait, été tués) durant la Grande Guerre et qui n'ont pas de sépultures connues.

R.K. - Unknown Soldiers, Editions pH7, Brussels, 2013, 57 p., 19 x 15cm, 19,00 €
" the man who no one knew, but who was known to everybody"

During the journey of November 11, on the anniversary of the 1918 armistice, the survivors of the Great War have, each year revived the souvenir of the warriors during commemorations on the different tombs of Unknown Soldiers. Since several years no more survivors are able to testify. The evolved world can henceforth celebrate, the abolition of the myth of the Unknown Soldier, not because of the disappearance of our present or future fratricide wars, but because of Science which equipped our armies with the absolute weapon called: deoxyribonucleic acid or ADN analysis. Science, which killed the myth of the Unknown Soldier, also made possible the invention of analog photography, which henceforth offers the possibility to re glorify the souvenir of the Unknown Soldiers of the Great War and at the same time to detour this from its original context. The Carte de Visite photographic process existed from 1854 to around 1914 and consists of a photographic portrait mounted on a cardboard support of about 6,5 x 10,5cm.
As the last of the survivors of the Great War is lately deceased, one could, by pure speculation, suppose that each one of the carte de visite images of anonymous soldiers could, as a matter of fact, be the portrait of the historical Unknown Soldier. In order to avoid the comparison with ancient visual indications, the faces of the photographed soldiers have been definitively removed. The photographs of the soldiers without a face may serve as witnesses and stirring souvenirs of the first World War which did not spare the age, the nationality nor the rank of its victims. The present conceptual photographic project around Unknown Soldiers is historically correct and satirically illustrates anonymous persons who, probably, have lived (and … who knows, have been killed) during the Great War.


R.K. - Onbekende Soldaten, Editions pH7, Brussel, 2013, 61 p., 19 x 15cm, 19,00 €
"de man wie niemand kende, doch die door iedereen gekend was"

Ieder jaar, op 11 november, verjaardag van de wapenstilstand van 1918, eerde de Westerse Wereld de overlevenden van de "Groote Oorlog" hun medestrijders op de grafzerken van Onbekende Soldaten. Sinds enkele jaren kan geen enkele overlevende nog getuigen. Het project tracht, door middel van het fotografische beeld, in onze geest een imaginair geïdealiseerd beeld op te roepen van het oneindig groot aantal onbekende soldaten die in de tijdsruimte overeenkomend met deze van de Groote Oorlog hun leven opofferden. Relatief recent verdween de mythe van onbekende soldaten voorgoed met de ontdekking van de ADN analyse, waarmee de moderne legers nu uitgerust zijn, wat het verder bestaan van onbekende oorlogsslachtoffers onmogelijk maakt.
Het "Onbekende Soldaten" project is ontworpen vanaf een, manueel getransformeerde, verzameling portretten van anonieme militairen, uitgevoerd met het fotografische "Carte-de-Visite" procedé. De keuze viel op het CdV procedé omwille van de beelduniformiteit en, primordiaal, omdat het procedé bestaan heeft tussen 1854 en 1914. De portretten van het begin van de 20ste eeuw zijn exact gesitueerd binnen de leeftijdsgrens van de soldaten betrokken bij de bloedige oorlog van 14-18. In het Carte-de-Visite systeem wordt een portret voorgesteld op een kartonnen drager met gestandaardiseerde afmetingen. In tegenstelling met hun benaming vertonen de fotografische visitekaartjes nooit de naam van de afgebeelde persoon, doch de naam, signatuur en het adres van de fotograaf die het portret realiseerde. De anonimiteit van de portretten uit het project laat toe de gefotografeerde personages te associëren met portretten van soldaten van onbekende oorsprong. Om de laatste sporen van een eventuele identiteitsherkenning te vermijden werd het gezicht van alle personages manueel verwijderd door schrapen met de scalpel.
Hoewel de jaarlijkse herdenkingsplechtigheden maar vanaf 1920 plaats vinden, blijft de mythe van de Onbekende Soldaat onuitwisbaar verbonden aan de oorlog van 1914-1918. De foto's van soldaten zonder gezicht kunnen dienen als een ontroerende getuigenis aan de Eerste Wereldoorlog die, noch de graad, noch de leeftijd van zijn slachtoffers spaarde. Het conceptuele project rond Onbekende Soldaten is, hierdoor, historisch correct en illustreert het op satirische wijze anonieme personages die waarachtig bestaan hebben (en … misschien gedood werden) tijdens de Groote Oorlog.


R.K. - Diptyques: questions, allusions, eros, ..., Editions pH7, Bruxelles, 2015, 109 p., 19x15cm, 22,00 €
L'image photo face à l'écriture: mots, allusions critiques, questions, dérisions, ...

Depuis le début des années 1970, lorsque l'ordinateur digital faisait son apparition sur le marché public, Roger Kockaerts, jusqu'alors photographe créatif, s'est intéressé aux multiples possibilités créatives de ce nouvel outil. C'est sous le pseudonyme de Roger Coqart, pionnier de l'art informatique belge, qu'il s'est introduit dans le monde artistique américain en publiant l'ouvrage "Aspects: the Computer in Visual Art", édité par ICSAC, Bruxelles, dans lequel différents auteurs internationaux décrivaient l'avenir de cette nouvelle forme d'art.
Depuis 1970 jusqu'à ce jour, RK mélange les médias photographie et écriture et exprime son identité régionale en rendant hommage aux héritiers du surréalisme en créant une série de diptyques dans lesquels un tirage photographique argentique et un graphisme généré à l'ordinateur sont en symbiose ou en paradoxe afin de créer des travaux ç caactère poético-conceptuels. Dans ces pièces, des combinaisons des symboles mathématiques, letres et chiffres, disponibles sur le clavier infographique, sont utilisés de façon sémantique en regard d'une image photograpique. La complicitéet l'analyse de la part du spectateur y sont parfois d'une importance vitale. A ce jour, afin de se distancier de la photo numérique instantanée, il continue à employer le tirage analogique monochrome comme la partie image de ses diptyques.