Soldats Inconnus

R.K. - Soldats Inconnus, Editions pH7, Bruxelles, 2013, 67 p.,19 x 15cm.


"l'homme que personne ne connaissait, mais qui était connu de tout le monde"


Pendant la journée du 11 novembre, jour anniversaire de l'armistice de 1918, les survivants de la Grande Guerre ont, tous les ans, ravivé le souvenir des combattants lors de commémorations sur les différentes tombes du Soldat Inconnu. Depuis plusieurs années, plus aucun survivant ne peut témoigner. Notre projet tente, par l'image photographique, de projeter dans notre cerveau une image imaginaire idéalisée de victimes inconnues ayant réellement existées dans l'espace-temps correspondant à celui de la Grand Guerre. Récemment, le mythe du soldat inconnu disparaissait avec la découverte relativement récente des analyses ADN dont les armées modernes sont désormais équipées ce qui rend obsolète l'existence future de soldats restant inconnus.
Le projet "Soldats inconnus" est réalisé à partir d'une collection de portraits originaux d'époque de soldats anonymes, exécutés avec le procédé photographique " Carte de Visite ", qui ont été manuellement transformés. Le procédé CdV a été choisi afin d'obtenir une uniformité de format dans les différentes pièces du projet et, primordialement, parce que ce procédé historique a existé entre 1854 et 1914. Les portraits ayant été accomplis vers le début du 20ème siècle se situent dans la tranche d'âge des soldats ayant participé à la guerre sanglante de 14-18. Dans les CdV un portrait était présenté sur un carton de dimensions standardisées. Ces cartes ne mentionnent quasi jamais le nom de la personne photographiée, par contre les coordonnées du photographe y étaient représentées avec plus ou moins de superlatifs. L'anonymat exprimé dans chacun des portraits du projet nous permet d'associer les personnages photographiés à des portraits de soldats d'origine inconnue. Afin d'enrayer la dernière trace d'une éventuelle reconnaissance d'identité, le visage, signe distinctif par excellence, a été manuellement gratté au scalpel, dans chacun des portraits.
Les photographies de soldats sans visage peuvent servir comme témoins d'un souvenir émouvant de la Première Guerre mondiale qui n'a épargné ni le grade ni l'âge de ses victimes. Le projet conceptuel photographique autour des Soldats Inconnus est, par ces faits, historiquement correcte et
probablement, ont effectivement vécu (et ... qui sait, été tués) durant la Grande Guerre et qui n'ont pas de sépultures connues.