photography ... otherwise #4 - april 24 to july 03, 2017

Michel Debar (B), gum bichromate

Maurice Depestre (CND) - Perpetuum Mobile XII

André Devlaeminck (B), bromoil

 

Margrieta Jeltema (NL), albumen

 

Roger Kockaerts (B) printing out paper, pt/pd & chromotypeS

 

Marek Matusz (USA), salted paper

 

Jean-Claude Mougin (F), palladium

Anna Ostanina (CCP), gumoil

 

Mélanie Patris (B), Pola manipulations, from the series:

"What do we leave behind"

Mélanie Patris – Photographe, anthropologue et thérapeute.

Photographe depuis 25 ans, le regard que je pose sur la vie s’est formé à travers une pratique photographique presque quotidienne. Mon questionnement, qui s’est construit au travers de cette pratique et qui m’habite aujourd’hui, se tourne vers des questions fondamentales comme: « Qui est l’Être humain face au monde qui l’entoure, face aux autres et face à lui-même ? ». L’interaction entre l’homme et son environnement est inéluctable. Il lui est demandé de se positionner à tout moment, d’avoir un engagement sans lequel il ne peut faire partie de ce qui fait Monde.

L’imaginaire et la création sont deux axes de liberté qui permettent l’expression de cet engagement. Face à ces réflexions, la photographie m’ouvre une manière singulière de pouvoir tenter des réponses. L’épreuve, argentique particulièrement, ouvre le voile sur la profondeur des sens. Par l'interaction entre la lumière et les ombres, les en-jeux de chimie ; par la saisie de l’instant elle fait entrer le sensible dans la vie de celui qui photographie, de celui qui est photographié mais aussi de celui qui regarde.
Elle permet un temps d’arrêt, court ou long, qui se prolonge par la révélation de l’image sur le papier. Le sensoriel s’impose alors en passant par le corps du sujet qu’il soit photographe, photographié ou spectateur. Un retour sur soi est alors inéluctable…